Epreuve du Grand Oral : entre inquiétudes et dysfonctionnements,la FIDL lance une plateforme pour accompagner les lycéens

A partir de ce lundi 21 juin et jusqu’au 2 juillet, les élèves de terminales générales et technologiques  passent pour la première fois l’épreuve du Grand Oral. Cette épreuve, issue de la dernière réforme du  baccalauréat initiée par le ministre de l’Education, est contestée tant par son format que par son  application.  

Depuis plus de 2 ans, de nombreuses mobilisations lycéennes se sont déroulées pour contester cette  réforme mise en place à marche forcée, et l’épreuve du Grand Oral a été au cœur des  préoccupations. Alors que cette épreuve représente 10 % de la note finale du bac, aucune heure de  classe n’est dédiée pour la préparer. Cet examen vient donc valoriser l’expression orale qui est un  profond révélateur des inégalités sociales. Les candidats qui s’y présentent n’auront pas bénéficié d’une préparation adéquate au cours de leur cursus mais nous constatons que cela n’inquiète pas ce  gouvernement. 

Face aux appréhensions des lycéens, soutenues par les professeurs et les parents d’élèves, le  ministre a décidé jusqu’au bout de faire cavalier seul, refusant d’écouter ceux qui sont les premiers  concernés. La crise sanitaire et les perturbations dans les établissements que nous avons connues tout  au long de l’année scolaire ne l’ont pas non plus alerté sur la mise à mal des conditions d’apprentissage  et de passation de ce Grand Oral alors que nous savons que les inégalités se sont accentuées et que  les personnes issues des milieux les plus défavorisés sont les plus impactées par cette période.  

Alors que les épreuves du Grand Oral vont commencer ce lundi, nous voyons déjà de nombreux  dysfonctionnements sur cette épreuve : retards dans les envois de convocations aux enseignants,  convocations envoyées à des professeurs en arrêt-maladie… Les lycéens vont-ils être ballotés et  reconvoqués ? Il est à craindre que d’autres problèmes logistiques se révèlent à l’occasion de cette  épreuve. 

La FIDL, le syndicat lycéen, met en place à cette occasion une adresse mail – grandoral.fidl@gmail.com – à disposition des lycéens de terminale qui seraient victimes de  dysfonctionnements lors de leur passage afin qu’ils soient accompagnés dans les difficultés qu’ils  rencontreraient. Cette adresse vise également à lister les dysfonctionnements dont les lycéens  seraient témoins. Nos réseaux sociaux restent également ouverts pour toute demande ou tout  témoignage.