Le Bac version Blanquer ou l’Ecole de la défiance ?

Le Bac version Blanquer ou l’Ecole de la défiance ?

Communiqué de Presse – Mardi 9 Juillet 2019

Alors que viennent de se terminer les épreuves du baccalauréat, des questionnements lourds entourent la façon dont l’examen s’est déroulé en cette année 2019.

En effet, pour la première fois de l’histoire du baccalauréat, une grève significative a perturbé la remontée des notes dans les jurys, ce qui entraîne des débats sans fin dont ne peuvent sortir que de mauvaises solutions.

La FIDL n’a pas appelé à la rétention des notes car nous estimons, en tant que lycéens, que les élèves ont le droit d’avoir leurs résultats à temps et de ne pas être soumis à un stress supplémentaire.

Cependant, la responsabilité de cette situation incombe au Ministre qui, depuis deux ans, a enchaîné sans réelle concertation des réformes à marche forcée, au point de créer un malaise évident au sein du monde enseignant mais également, plus généralement, chez l’ensemble des personnes qui évoluent ou gravitent autour de l’enseignement secondaire, à savoir les élèves et leurs parents.

Samuel Szenker, président de la FIDL, déplore cette situation.

Ca n’est pas la première fois qu’il y a des réformes des programmes, des filières et du bac. Mais c’est la première fois que nous assistons à une grève des notes.

Le Ministère doit en tirer toutes les leçons et cesser d’imposer, à coups de fausses concertations, des réformes qui mettent tout le monde en tension. En tant que lycéens, nous en savons quelque chose au regard par exemple de la façon dont Parcoursup a été imposé contre l’avis des lycéens et de beaucoup de leurs parents.

A l’heure où le Ministre parle “d’Ecole de la confiance », il faudrait peut-être qu’il s’interroge sur la façon dont il évitera une rentrée et une année scolaires marquées par la défiance généralisée.

Contact presse : Permanent national 06.98.82.39.44

La FIDL lance sa campagne de lutte contre l’homophobie

La FIDL lance sa campagne de lutte contre l’homophobie

En tant que jeune de la FIDL (Fédération Indépendante et Démocratique Lycéenne), je viens vers vous par la présente pour vous informer que nous lançons une campagne de sensibilisation à l’approche de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie qui se déroulera ce vendredi 17 mai.

Pourquoi cette campagne ? 
Suite au rapport annuel alarmant de SOS Homophobie qui fait état de plus de 231 agressions physiques recensées en 2018, nous sommes, en tant que jeunes et lycéen(ne)s révolté(e)s par cette situation. En effet, nous sommes contre les discriminations et la haine des autres.

C’est pour cela que nous avons décidé de nous mobiliser et de mobiliser les lycéen(ne)s et plus globalement la jeunesse pour agir et montrer à l’opinion publique qu’il est urgent d’agir !
Ainsi, à travers une campagne sur les réseaux sociaux, mais également d’affichage grand public, de rencontres, de débats, d’échanges, etc. nous affirmerons que :


« L’homosexualité n’est pas un problème, l’homophobie en est un. »


L’objectif de cette campagne est donc de montrer qu’il n’y a pas de fatalité face à la montée de l’homophobie, aux violences et aux discriminations. 

Face à cette situation, les lycéen(e)s mobiliserons plus que jamais pour faire barrage à la haine.Nous nous devons tous et toutes de rester unis et solidaires.

La FIDL a besoin de vous !
Pour mener à bien cette campagne et inciter tous les jeunes à lutter contre l’homophobie et contre la haine des autres, la FIDL a besoin de tous les lycéen(e)s et de l’ensemble de la jeunesse.
Ainsi, les portes paroles du syndicat se tiennent à votre disposition pour vous apporter plus d’informations sur cette belle initiative et pour témoigner de leur engagement sur le « vivre ensemble » et pour les droits des lycéens.

PS : cette campagne de sensibilisation est réalisée en partenariat avec SOS Racisme, Sportitude France et la Dilcrah

Réaction à l’annonce des résultats des éléctions Européennes.

Réaction à l’annonce des résultats des éléctions Européennes.

A l’annonce des résultats des élections Européennes, nous découvrons avec inquiétude et colère le score du Rassemblement National qui une nouvelle fois arrive en tête avec plus de 23% des voix.

La FIDL, le syndicat lycéen, condamne avec fermeté la montée de l’électorat raciste votant en faveur du Rassemblement National.

Ce parti continue d’essayer de diviser la société en propageant sa haine, il encourage ainsi le maintien d’un climat facilitant la prise de mesures racistes portées par le gouvernement actuel, ce dernier surfant sur l’ambiance délétère et dangereuse incarnée par le RN.

C’est pour nous aussi les jeunes, l’occasion d’observer la place importante remportée par les écologistes s’engageant dans une réelle politique en faveur de notre planète et qui porteront le combat climatique en Europe.

Nous, militants de la FIDL, portons et porteront plus que jamais également ce combat.

Contacts Presse :

Saphia Ait Ouarabi – Vice Présidente : 07.81.94.93.69

Romain Leconte – Permanent national : 06.34.01.41.77

Réaction à l’expérimentation du vote à 16ans annoncée par Anne Hidalgo

Réaction à l’expérimentation du vote à 16ans annoncée par Anne Hidalgo

La FIDL, le syndicat lycéen, salue la mise en place d’une expérimentation du droit de vote dès l’âge de 16 ans, sur la Ville de Paris proposée par Anne Hidalgo.

Cette initiative d’expérimentation du vote des jeunes (notamment lycéen) est un droit à la jeunesse de pouvoir enfin s’exprimer comme la société civile en donnant sa parole et les revendications qu’elle porte.

L’expérimentation débutera lors des prochaines élections Européennes en mai prochain dans 12 lycées de Paris.

Cela est aussi pour nous, l’occasion de rappeler l’immense importance des cours de droits civiques enseignés dans les lycées.

Ces cours qui nous permettent de nous ouvrir l’esprit sur nos droits, notre #citoyenneté, nos devoirs et notre place dans la #société ET qui sont bien trop souvent abandonnés ou totalement délaissés pour du temps de rattrapages d’autres matières (histoires, géographie souvent) ou même la mise en place des “heures de vie de classe”sur ce créneau.

Rappelons également le besoin supplémentaire d’aide et de formation aux #professeurs afin de pouvoir accompagner les élèves dans leur parcours citoyen.

Contacts presse :

Saphia AIT OUARABI – Vice Présidente : 07.81.94.93.69

Romain Leconte – Permanent national : 06.98.82.39.44


Hausse des actes racistes chez les jeunes : la FIDL tire la sonnette d’alarme !

Hausse des actes racistes chez les jeunes : la FIDL tire la sonnette d’alarme !

En Californie, ce matin, les autorités locales nous informent que des lycéens ont fabriqué une croix gammée et ont posé en faisant le salut nazi !

C’est un acte que condamne fermement la FIDL !

Il est d’autant plus déroutant que des photos ont fièrement été diffusées sur les réseaux sociaux, cela montre bien que les jeunes sont victimes de la banalisation des actes et des paroles racistes ainsi que d’une parole offensante prise impunément sur internet.

Cet épisode montre la perdition de la mémoire chez les lycéens peu importe leur milieu social.

En effet selon la Vice Présidente du lycée, l’enseignement y est de grande qualité pourtant ce fléau raciste ne semble épargné aucune génération, ni milieu social, ni pays.

C’est ce qu’on a pu observer également en Belgique où des lycéens se sont déguisés “en musulmans” reproduisant de manière irrespectueuse l’appel à la prière et mettant en scène l’amalgame terroristes-musulmans en arborant de fausses ceintures explosives.

La FIDL n’accepte pas les excuses du directeur du lycée belge qui a laissé faire cela au sein de son établissement. Nous comptons porter plainte et demandons un état d’urgence de la prolifération du racisme dans la jeunesse.

Nous souhaitons que les élèves soient sanctionnés mais surtout qu’ils prennent conscience de la gravité de leurs actes.

C’est pourquoi, la FIDL s’engage à mettre en place une semaine de l’éducation contre le racisme et l’antisémitisme partout en France.Semaine promue par le Gouvernement et la DILCRAH dans le but de sensibiliser, de déconstruire les préjugés, de donner des outils pour lutter contre la banalisation de la haine et faire perdurer les mémoires communes.