La FIDL, le syndicat lycéen, se satisfait de la journée de mobilisation du jeudi 16 novembre qui a montré des lycéens opposés à la sélection à l’entrée des universités que veut imposer le gouvernement.

 

Dans de nombreuses villes, des lycéens se sont mobilisés en rejoignant les cortèges des syndicats salariés ou en se réunissant en Assemblée Générale afin d’exprimer leur colère face à une réforme discriminatoire qui aura pour conséquence d’exclure des bancs de la fac ou de contraindre l’orientation de toute une partie de la jeunesse, notamment les jeunes issus des quartiers populaires, des filières professionnelles et technologiques. 

 

La FIDL rappelle que la liberté de s’inscrire dans la filière de son choix dans l’enseignement supérieur doit rester un droit pour l’ensemble des bacheliers. Pour lutter contre l’échec en 1ère année et les filières surchargées, il faut créer des places supplémentaires en BTS, à l’université et améliorer le système d’orientation tout au long du lycée ; non pas instaurer une sélection qui n’ose pas dire son nom !

 

La FIDL dénonce la volonté du gouvernement d’instaurer un système universitaire à l’américaine où seuls la compétition et le fric décideraient de l’avenir de chacun ! Le droit à l’éducation ne doit pas être mis à mal. Il doit au contraire être garanti partout et pour tous !

 

La FIDL appelle les lycéens à se mobiliser massivement ce mardi 21 novembre lors d’une journée d’action et de mobilisation nationale. 

 

Nous serons alors à la veille de la présentation du projet de loi en conseil des ministres. Les lycéens feront entendre leur soif d’avenir, de liberté et d’égalité, bien loin de la logique suivie par le gouvernement.

Share This