La FIDL, le syndicat lycéen, a appris avec colère que des prospectus anti-avortement et homophobes de la fondation Lejeune sont diffusés dans certains lycées privés suite un appel d’une lycéenne de l’académie de Montpellier. L’organisation a déjà été contactée à plusieurs reprises par des lycéens en établissement privé qui sont confrontés à ce genre de discours.

Le syndicat dénonce un manque de contrôle des établissements privés. Les lycéens indignés face au discours racistes, homophobes ou anti-avortement de certains membres de l’équipe pédagogique se retrouvent souvent isolés et ont peur des représailles de l’établissement. La FIDL a décidé de lancer une plate-forme d’appel à témoins pour inciter les lycéens en établissements privés à prendre la parole et pour pouvoir leur venir en aide :

Le syndicat rappelle que l’école de la République doit garantir un accès à une information de qualité sur le droit à l’avortement et défendre le vivre-ensemble. Elle ne peut pas participer à la propagation de brochures de désinformation ou de propos haineux. Il est urgent de développer les actions de prévention et de sensibilisation sur ces sujets. La FIDL demande d’augmenter les moyens à destination des associations habilitées à faire de l’éducation à la sexualité, comme le Planning familial, pour qu’elles puissent assurer leur mission dans tous les établissements scolaires, privés comme publics.

La FIDL demande à la ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem d’intervenir et de faire preuve d’une grande fermeté à l’encontre des lycées privés qui ne respectent pas les valeurs de la République.