Ce vendredi 20 janvier 2017 a été marqué par l’ouverture d’APB, le système d’affectation post bac, qui est sujet à débats depuis sa création. La FIDL, le syndicat lycéen, souhaite tout d’abord rappeler que des améliorations ont été apportées depuis l’année dernière, en particulier depuis la publication d’une partie de la formule expliquant le fonctionnement du programme. Cependant, ces efforts restent insuffisants.

La FIDL dénonce le manque d’accompagnement pour l’utilisation d’APB. Ce programme offre une palette très vaste de filière, rendant l’orientation effrayante et complexe, en particulier pour les lycéens issus de familles qui n’ont pas fréquentées le monde de l’enseignement supérieur. Trop de jeunes se retrouvent dans une situation d’incompréhension et de stress qui nuit à leur réussite et qui a des conséquences néfastes sur leur choix d’orientation, pourtant déterminant pour son avenir.  

 C’est pourquoi, la FIDL demande : 

  • Une réelle préparation dès la 2nde à l’utilisation d’APB ainsi qu’une meilleure formation pour les professeurs.
  • Une généralisation des interventions d’étudiants ou de travailleurs pour aider les lycéens à construire leur projet professionnel.
  • La possibilité de faire des stages à l’université ou dans le monde professionnel en filière générale.
  • Plus de places pour les lycéens professionnels dans les BTS et DUT.
  • La création de passerelles entre les différentes filières pour faciliter les réorientations.

La FIDL rappelle que garantir une orientation réussie pour tous les lycéens est la clé pour lutter contre le décrochage scolaire. À l’heure où la situation des jeunes non diplômés se dégrade de plus en plus, l’école de la République se doit d’aider tous les lycéens à construire leur orientation, en particulier ceux qui sont le plus en difficulté.