La FIDL, le syndicat lycéen, s’oppose fermement à l’annonce du Président de la République, Emmanuel Macron, sur TF1 d’instaurer de la sélection à l’entrée des universités. Pendant l’été, le gouvernement préférait se cacher derrière l’expression de « pré-requis ». Mais le Président a affirmé ce soir le vrai visage de la réforme du premier cycle universitaire : une réforme qui vise à exclure de l’université une partie des jeunes alors que l’accès à l’éducation doit être un droit !

La FIDL défend la liberté de pouvoir choisir ses études et de pouvoir se réorienter au cours de sa scolarité. En introduisant des « qualifications minimales » pour accéder à l’université, le gouvernement s’apprête à cloisonner les lycéens dans une filière qu’ils ont choisi en 3ème ou en 2nde alors que c’est une période où leurs choix en matière d’orientation évoluent fortement.

La sélection à l’entrée des université aura pour conséquence d’accentuer les discriminations et les inégalités car elle constitue une barrière supplémentaire dans l’accès aux études supérieures pour les jeunes issus de filières professionnels, technologiques ou de lycées défavorisés . Par ailleurs, en orientant les lycéens qui n’ont pas été sélectionnés dans la filière de leur choix vers une filière qu’ils n’ont pas demandé, le gouvernement accentuera le risque de décrochage scolaire !

Le gouvernement présente la sélection comme la seule solution, mais c’est faux ! Contre l’échec en 1ère année de licence et la surcharge des classes, la FIDL propose :

  • Plus de moyens dans l’enseignement supérieur pour qu’il y ait plus de places dans chaque filière et un meilleur encadrement.

  • Une véritable politique d’orientation tout au long du lycée pour aider les lycéens à trouver la filière qui leur correspond.

  • Créer une année de transition facultative entre le lycée et la fac pour ceux qui ont besoin de se remettre à niveau.

  • Plus de places dans les BTS, DUT et IUT qui sont déjà surchargées.

La FIDL appelle les lycéens à organiser des assemblées générales partout en France contre cette mesure injuste et inégalitaire et à se mobiliser massivement le Jeudi 19 Octobre. Le gouvernement doit reculer !

Share This