La SÉLECTION c’est de

la DISCRIMINATION !

Le gouvernement a présenté sa nouvelle réforme de l’enseignement supérieur. Cette réforme est largement contestée particulièrement sur un point : elle instaure de la sélection pour entrer à la Fac ! Avec cette réforme, les universités auront accès à nos dossiers scolaires et pourront choisir leurs étudiants. Il est évident que la plupart des universités prendront les meilleurs dossiers ce qui renforcera les discriminations ! Mohamed aura plus de difficultés que Pierre pour entrer à la Fac. Pareil pour Noémie qui habite en banlieue comparé à Sara qui habite en centre-ville.

Le gouvernement rend normal la discrimination… même pour étudier !

Cette réforme va empêcher tous les lycéens des quartiers populaires ou des filières professionnelles et technologiques d’aller à la Fac. C’est une réforme élitiste qui vise à laisser tous ceux qui n’en font pas parti sur le côté de la route !

Cette nouvelle réforme va aussi permettre au conseil de classe de donner un avis positif ou négatif pour chacun de nos vœux d’orientation. Déjà, nous refusons un tel système car nous sommes trop nombreux dans nos classes et nos profs n’ont pas le temps de nous connaître tous individuellement. En plus, nous le savons, cet avis sera utilisé comme prétexte pour les Facs pour refuser certains d’entre nous.

Nous ne pouvons pas accepter que le gouvernement mettent de nouvelles barrières contre les jeunes qui veulent étudier ! Nous devons refuser cette réforme qui n’agira que pour une partie de la population !

La FIDL, appelle tous les lycéens à se réunir en assemblées générales pour échanger sur le sujet et préparer la prochaine mobilisation nationale !

Le 16 novembre, mobilisons-nous massivement dans la rue !

Nous revendiquons le droit d’aller à la FAC et de faire des études supérieures !

Nous revendiquons le droit de choisir notre avenir. Ce n’est pas à des politiques à côté des réalités de le faire pour nous !

Nous refusons d’être la variable d’ajustement du gouvernement pour ses économies !

Pourquoi se mobiliser contre la réforme ?

1) Une fausse mesure qui ne règle pas les vrais problèmes

Le plan « accès à l’université » du gouvernement se concentre autour de la réforme du système d’orientation post-bac. Cependant, le système APB ne poserait pas de problème si il y avait assez de place à la fac et un système d’orientation efficace tout au long du lycée.

C’est une mesure pansement qui agira seulement sur le court terme et elle ne vise qu’à faire des économies. L’école de la République doit accompagner un maximum de jeunes vers l’accès aux études supérieurs !

2) L’avis du conseil de classe : une fausse bonne idée

Les classes de terminale comprennent souvent plus de 35 élèves et les professeurs sont débordés. Nous dénonçons depuis des années ces surcharges de classes qui ne permettent pas à un prof de suivre et de connaître correctement les élèves. C’est donc des profs qui ne nous connaissent pas, à cause d’un système d’Éducation obsolète, qui vont de décider de notre avenir… Surtout que les profs ne connaissent pas toutes les filières post-Bac !

Et que deviennent les Conseillers d’Orientation ?

Les lycéens, encore plus ceux qui viennent d’obtenir leur Bac, sont largement capables de choisir leur orientation en consultant leurs professeurs tout au long de l’année si nécessaire. Pas besoin d’ajouter d’une nouvelle barrière dans l’accès à la fac avec la consultation du conseil de classe.

3) Transmettre aux universités les bulletins du lycéen : C’est de la sélection !

Si les universités ont accès aux dossiers scolaires, elles vont sélectionner leurs élèves en fonction de leur dossier, leurs notes et choisiront les meilleurs… Cela va renforcer les discriminations à l’encontre des jeunes issus des quartiers populaires ou des filières professionnelles et technologiques.

Loin d’être « socialement juste », cette réforme va donc créer une nouvelle barrière contre le droit à l’éducation pour tous.

4) Le droit à une seconde chance !

Les années lycées ne sont pas toujours faciles pour de nombreuses personnes qui n’arrivent pas toujours à s’adapter à un environnement un peu autoritaire, ou par besoin d’autonomie. À la Fac, on est plus libre et on peut se concentrer sur les sujets qui nous intéressent. Quelqu’un qui avait du mal au lycée peut donc devenir totalement assidu à la Fac !

Le Bac doit rester le seul passeport pour avoir accès à la Fac, et doit permettre d’aller dans la filière de son choix, quelles que soient les notes obtenues au lycée.

Quant à la mise en place d’une année propédeutique ou de stages de remise à niveau, cela est une bonne chose. Mais ils doivent être facultatifs et surtout nous garantir une place dans la filière de notre choix !

5) Une grande absente de la réforme : la filière professionnelle

Dans un monde où le bac ne suffit plus pour trouver du travail, il est important qu’un maximum de jeunes puissent continuer leurs études dans l’enseignement supérieur, y compris les lycéens issus de filières professionnelles. Aujourd’hui, ils n’arrivent pas à aller en BTS (pourtant conçus dans la continuité des filières pro et techno) parce que ces filières sont monopolisées par des lycéens issus de filières générales. Il faut donc créer de nouvelles filières à la fac, notamment des filières professionnelles, pour accueillir tous les lycéens.

Nous aurions aimé qu’une réelle réflexion soit menée par le gouvernement avec de vraies propositions concrètes car ce problème concerne des milliers de bacheliers.

6) Moyens supplémentaires et orientation : les clés pour lutter contre l’échec scolaire

Il faut arrêter de penser que l’échec en 1ère année de licence est causé par l’incapacité des étudiants. Beaucoup d’étudiants échouent car ils n’ont pas eu leur premier ou 2eme vœu APB et se retrouvent dans une filière qu’ils ne souhaitaient pas, une orientation donc subie et non choisie. Nous sommes aussi trop nombreux à nous retrouver pris au dépourvu au mois de mars car ne nous savons pas vers où nous orienter.

C’est donc bien des places en plus qu’il faut à la FAC, pour que tous les élèves puissent accéder à leur premier choix.

La FIDL demande aussi de réformer le système d’orientation pour qu’il soit plus efficace. Cela doit passer par :

• Des conseillers d’orientation mieux formées.

• Des stages à la fac pour les lycéens.

• Des interventions d’étudiants dans les lycées pour présenter leur filière et parler de leur parcours.

Je veux prendre contact avec le syndicat et me mobiliser.

La réforme de l’enseignement supérieur démontée à la télé !

Share This