La Fédération Indépendante et Démocratique Lycéenne (FIDL) s’inquiète des conséquences dramatiques qu’aura la nouvelle réforme du code du travail sur le quotidien des jeunes, en tant que salariés ou futurs travailleurs. Facilitation des licenciements, développement et normalisation des contrats précaires (CDD) : la philosophie du « mieux virer pour mieux protéger » est de retour ! 

Avec le plafonnement des indemnités prud’homales, la jeunesse deviendra, ni plus ni moins, qu’une main-d’œuvre bon marché, licenciable à moindre coût. En effet, les barèmes d’indemnisations, calculés en fonction de l’ancienneté dans l’entreprise, sont ridiculement bas.

La FIDL dénonce le choix fait par le gouvernement de banaliser les licenciements abusifs, en définissant une nouvelle notion de la justice sociale au service de la France qui va bien.

La nouvelle réforme du Code du Travail vise à généraliser le recours au CDD et par extension la précarité pour les jeunes, alors même qu’ils sont déjà fortement fragilisés par les politiques d’austérité. Comment peut-on s’émanciper dans une société qui n’offre aucune perspective d’avenir stable ?

La FIDL attend du gouvernement qu’il soutienne les jeunes dans leur entrée dans le marché du travail et dans l’accès à un logement.

La FIDL s’était déjà mobilisée, en 2016, contre les premières mesures de casse du Code du Travail, largement contestées par l’opinion publique. Visiblement Emmanuel Macron n’a pas su tirer de leçon de cette forte contestation populaire. C’est avec beaucoup d’hypocrisie qu’il relance un nouveau projet de Loi Travail XXL. C’est pourquoi les lycéens seront contraints de reprendre le chemin de la rue dès la rentrée.

La FIDL appelle l’ensemble des jeunes à se mobiliser partout en France dès le 12 septembre !

Share This