Ce mardi 23 Mai, Emmanuel Macron a rencontré les syndicats des travailleurs pour échanger sur une future réforme du code du travail. A l’heure où le chômage des jeunes est supérieur à 20% et où la précarité augmente, la FIDL rappelle que les lycéens attendent du nouveau président qu’il leur garantisse de vraies perspectives d’avenir, plus de protection sociale et non l’inverse.

 

Le syndicat lycéen rappelle aussi que les jeunes demandent plus de Démocratie et de dialogue social. Ce n’est pas en gouvernant par ordonnance en consultant la population à minima que l’on recréera un lien de confiance entre les jeunes et la classe politique qui dirige le pays.

 

Par ailleurs, il y a aujourd’hui un lycéen sur trois qui a une activité rémunérée en dehors de ses cours. C’est particulièrement le cas dans les milieux populaires où trop de jeunes sont obligés de cumuler un emploi intense avec leurs études pour s’en sortir. Cela favorise le décrochage scolaire et diminue leurs chances de réussite. Nous attendons que le nouveau gouvernement agisse pour tenir la promesse d’égalité de la République et garantir l’accès à une éducation de qualité à tous les jeunes, sans qu’ils aient besoin de travailler pour subvenir à leurs besoins !

 

La FIDL demande à ce que les jeunes soient entendus si il doit y avoir une nouvelle réforme du code de travail car cela concerne directement leur avenir !

Share This