Argumentaire :

Pourquoi s’opposer aux caméras dans les lycées ?

Depuis plusieurs années, et en particulier depuis les attentats, plusieurs Présidents de région proposent d’installer des caméras de vidéo-surveillance dans les lycées. Alors qu’ils prétendent que c’est pour des questions de sécurité, on peut dire que c’est plutôt une proposition inefficace qui est utilisée pour instrumentaliser les jeunes afin de gagner les élections.

Ce qu’on entend dans les médias…

« Les caméras permettent d’empêcher les intrusions dans les lycées »

FAUX : Les écrans de vidéo-surveillance sont situés dans la loge. Mais le gardien n’est pas formé pour regarder ces vidéos et surtout il a beaucoup d’autres choses à faire. Une personne extérieure au lycée peut donc rentrer quand il a le dos tourné. Par ailleurs, quand on veut vraiment rentrer dans l’établissement, on trouve toujours un moyen de le faire.

« Les caméras permettent de protéger contre la violence »

FAUX : C’est vrai que lorsque tout le monde sait qu’elles existent, les caméras peuvent dissuader les auteurs de violence d’attaquer leur victime. Mais beaucoup de formes de violence ne sont pas visibles sur les caméras (insultes, harcèlement, racket…). Et surtout, lorsqu’il y a des caméras, les CPE et les surveillants ne s’intéressent plus à ce qui se passe à proximité du lycée. Il y a donc plus de risque de se faire agresser à la sortie des cours sans personne pour s’interposer.

« Les caméras empêchent les vols »

FAUX : L’image sur les caméras est de très mauvaise qualité. Dès qu’il y un peu de monde ou qu’il nuit, elle ne permettent donc pas d’identifier l’auteur d’un vol.

 Mais alors, à quoi servent vraiment ces caméras ?

• « Depuis quand les caméras protègent ? Elles servent à filmer, pas à nous protéger ! »

L’objectif indirect des présidents de région, c’est de remplacer l’homme par la machine : installons des caméras comme ça on pourra supprimer des postes de surveillants. Mais en réalité, si on veut lutter durablement contre la violence, il faut mener des actions de prévention. Notre objectif, c’est pas seulement d’identifier l’auteur d’un acte de violence Après qu’il ait attaqué sa victime ou alors de déplacer la violence à l’extérieur du lycée là où il n’y a plus de caméras. Notre objectif, c’est de faire en sorte qu’il n’y ait plus de violence du tout. Et pour ça, il faut plus de moyens humains dans les lycées !

• Des millions d’euros gaspillés !

Le prix d’une caméra varie entre 3 000 et 20 000 euros. Si l’on compte le fait qu’il faut en mettre plusieurs ainsi qu’installer les câbles, les écrans etc, on arrive très vite à 80 000 euros dépensés par lycée. Pour la région Normandie, Hervé Morin prévoit d’utiliser 2 Millions d’euros pour acheter des caméras… alors que beaucoup de lycées auraient besoin d’être rénovés ! Ça fait quand même cher, pour transformer les lycées en prison et dégoûter les lycéens d’y aller.

• Donner l’impression qu’on agit alors qu’on ne résout en réalité aucun problème !

C’est facile d’annoncer que l’on va investir dans des caméras de surveillance, soi-disant pour protéger les lycéens. Mais est-ce que les présidents de région proposent aussi des plans d’action pour lutter vraiment contre la violence dans lycées ? On nous parle de protection contre les attentats, mais est-ce que l’installation de quelques caméras est vraiment une réponse à la menace terroriste ? La plupart des lieux qui ont subit une attaque étaient équipés de systèmes de surveillance qui n’ont pas empêchés qu’il y ait des centaines de victimes.

Pour conclure…

Il est donc temps de demander aux Présidents de région d’investir vraiment pour notre avenir au lieu de gaspiller de l’argent public qui vient des impôts payés par nos parents. Pour améliorer la situation dans nos lycées, il vaut mieux promouvoir le vivre-ensemble et nous aider à trouver un avenir professionnel. 

Share This