Signe et partage la pétition !

Depuis plusieurs mois, une menace pèse sur les lycéens et les futurs étudiants. Cette menace, c’est celle de la sélection à l’entrée de l’Université. Le gouvernement de Macron compte mettre en place un système de « pré-préquis », c’est-à-dire de la sélection dans l’avouer ! C’est soit-disant pour lutter contre le fort taux d’échec dans l’enseignement supérieur et mettre fin à l’utilisation du tirage au sort. Mais ce n’est en réalité qu’une façon d’éviter de résoudre le problème de l’inadéquation toujours croissante entre le nombre de demande et le nombre de places disponibles.

Le gouvernement veut donc créer une distinction entre ceux qui auront la liberté de choisir la filière qu’ils veulent…. Et les autres, exclus de ce droit ! Derrière cette mesure se cache une normalisation des inégalités, qui sont toujours plus présentes dans le système scolaire français. En effet, un véritable contrôle au faciès sera mis en place à l’entrée des universités pour exclure toute une partie de la jeunesse des bancs de la fac, notamment les élèves issus de filières professionnelles, technologiques ou de bahuts mal-vus.

Le gouvernement présente la sélection comme la seule solution, mais c’est faux ! À la FIDL, nous proposons :

  • Plus de moyens dans l’enseignement supérieur pour qu’il y ait plus de places dans chaque filière et un meilleur encadrement.

  • Une véritable politique d’orientation tout au long du lycée pour nous aider à trouver la filière qui nous correspond.

  • Créer une année de transition facultative entre le lycée et la fac pour ceux qui ont besoin de se remettre à niveau.

  • Plus de places dans les BTS, DUT et IUT qui sont déjà surchargées.

 

Quoi qu’il en soit, le système scolaire ne doit pas exclure tous ceux qui ont des difficultés mais s’adapter pour permettre à tous de réussir et lutter contre les inégalités ! Si on insiste tellement pour que nous ayons tous notre bac, ce n’est pas pour après nous empêcher de mener à bien nos études supérieures !

La sélection à l’entrée de l’université n’est pas une idée neuve. En 1986, la jeunesse s’était fortement mobilisée contre le projet de la loi Devaquet, qui déjà voulait instaurer la sélection. Résultat, plus d’un million d’étudiants et de lycéens sont descendus dans la rue pour faire reculer le gouvernement. Encore aujourd’hui nous pouvons remercier nos aînés de s’être mobiliser pour nous garantir une université libre et accessible à chacun.

Aujourd’hui, mobilisons-nous pour défendre notre avenir comme l’ont fait nos parents à leur époque ! Mobilisons-nous contre cette mesure injuste qu’est la sélection à l’entrée des universités !

Share This