Suite à la conférence de presse tenue ce jour par le Ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, La FIDL s’étonne que la phase de concertation avec les organisations lycéennes n’ait pas amené le Ministre à prendre en compte les inquiétudes soulevées par les lycéens ainsi que nos attentes. D’autant plus que la FIDL n’est pas frontalement opposée à un lycée modulaire, ni réfractaire aux réformes éducatives, à condition qu’on y mette les moyens nécessaires.

Ainsi, lors des concertations la FIDL avait fait part de ses inquiétudes sur de nouvelles inégalités qui pourront apparaitre dans le système éducatif alors qu’elles y sont déjà trop, présentes.
Or, les annonces faites par le Ministre cet après-midi sont loin d’être rassurantes.
Les moyens mis dans ce nouveau lycée sont clairement insuffisants :
– Pas d’enseignement oratoire dans l’emploi du temps des lycéens pour les préparer à la prise de parole alors que le gouvernement prévoit comme épreuve un grand oral et que l’oral est une épreuve socialement discriminante.
– Une préparation minimale à l’orientation et une spécialisation trop précoce pour les lycéens de seconde alors même que certains lycéens changent d’avis d’orientation en l’espace d’un trimestre.
– Aucune préparation pour les personnels éducatifs et parents d’élèves alors même que le lycée s’apprête à être considérablement chamboulé.
– Aucune assurance sur le maintien d’un baccalauréat national puisque le gouvernement joue le jeu de la discrétion et ne nous assure pas que les exigences des sujets seront les mêmes pour tous les lycées.

Cette réforme du baccalauréat à lieu au même moment que l’annonce du service national et l’orientation sur la nouvelle plateforme ParcourSup auxquels la FIDL est opposée. Ainsi la FIDL et l’ensemble des organisations de jeunesse vont se concerter vendredi prochain (16 février2018) lors d’une réunion interlycéenne dans le but d’interpeler à nouveau le Ministre de l’éducation Nationale et de créer les conditions pour une mobilisation d’ampleur dès la rentrée des vacances d’hiver.