Élections CVL : agissons dans nos lycées !

Élections CVL : agissons dans nos lycées !

LA DATE À RETENIR :

  • Partout en France, les élections CVL auront lieu la semaine du 9 octobre 2017.

  • Les professions de foi sont à déposer 10 jours avant chez le CPE.

Comme chaque année, nous allons pouvoir élire de nouveaux représentants au Conseil de la Vie Lycéenne (CVL) à la rentrée. Le rôle du CVL, c’est de dialoguer avec les professeurs et l’administration. C’est aussi d’influencer les décisions prises sur le fonctionnement de l’établissement (organisation du temps scolaire, restauration, hygiène…). Enfin, être élu au CVL, ça permet surtout de monter plein de projets et de faire vivre son lycée !

Par exemple, on peut organiser des actions de sensibilisation sur plein de thématiques différentes comme la lutte contre les discriminations, contre la violence, en faveur de l’écologie… On peut aussi agir sur l’aménagement du lycée en demandant la création d’une cafétéria ou d’un foyer. C’est aussi grâce au CVL qu’on peut organiser des événements pour animer le lycée et créer une bonne ambiance comme l’organisation d’une journée des talents, d’un bal de fin d’année, des voyages scolaires…

Tout le monde peut se porter candidat. Il suffit juste de trouver un suppléant et d’écrire une profession de foi qui présente vos motivations, vos projets, vos idées !

Si tu veux agir avec la FIDL, présente-toi au CVL !

N’hésite pas à nous contacter si tu as des questions !

Nos conseils pour se présenter

Exemple de profession de foi

La FIDL s’oppose à la précarité pour tous !

La FIDL s’oppose à la précarité pour tous !

La FIDL, le syndicat lycéen, appelle les jeunes à se mobiliser ce jeudi 21 Septembre pour protester contre la politique de précarisation menée par le gouvernement d’Emmanuel Macron.

La FIDL refuse la logique du « mieux virer pour mieux protéger » qui inspire les ordonnances « loi travail » ainsi que l’introduction de la sélection à l’entrée des universités qui est dans les tiroirs du ministère de l’enseignement supérieur. Personne n’est dupe sur le fait que derrière le mot de « pré-requis », c’est bien de la sélection que le gouvernement cherche à instaurer, contre la liberté et le droit de pouvoir choisir ses études. Les lycéens s’opposent fermement à la série de lois inacceptables que le gouvernement veut faire passer sans aucun respect de la démocratie.

Le gouvernement présente sa la travail XXL comme une réforme nécessaire qui favorisera l’embauche en flexibilisant le monde du travail. Mais en réalité, elle aura pour conséquence principale de renier des droits fondamentaux et de fragiliser les conditions de vie des jeunes ! La FIDL se mobilisera contre une politique qui semble s’être fixée pour but de précariser les jeunes, que ce soit avec la baisse des APL, le plafonnement des indemnités prudhommales ou la sélection à l’entrée des universités !

La FIDL appelle à la mobilisation des lycéens car il n’est pas possible de priver les jeunes de toutes perspectives d’avenir, de les exclure des bancs de l’enseignement supérieur puis de les enfermer dans un mode de vie précaire qui empêchera un réel épanouissement. En tant que futurs étudiants et futurs travailleurs, nous défendrons nos droits !

Loi travail 2 : mobilisons-nous contre la précarisation des jeunes !

Loi travail 2 : mobilisons-nous contre la précarisation des jeunes !

Emmanuel Macron a décidé de réformer le Code du Travail en allant plus lui que ce qui a été mis en place par la Loi Travail version El Khomri. L’utilisation des ordonnances dans la réalisation de cette « rénovation » sociale montre bien la volonté du gouvernement d’éviter tous débats parlementaires et tous mouvements sociaux d’ampleur. Mais concrètement, qu’est-ce signifie la Loi Travail pour les jeunes et les salariés ?
  • Plus de pouvoirs aux patrons et moins aux travailleurs !
Aujourd’hui, ce sont des règles nationales définies dans le Code du travail qui permettent de protéger les conditions de travail des salariés (salaires, temps de travail, congés payés, indemnités prud’homales…). Avec l’adoption des ordonnances, les patrons pourront tout renégocier directement dans l’entreprises et organiser la concurrence entre elles sur les condition de travail. « Et si t’est pas content, va voir ailleurs, c’est pire ! »
  • Plafonnement des indemnités prud’homales : les jeunes licenciables à moindre coût !
En cas de licenciement abusif ou non-justifié, un salarié peut demander réparation devant le tribunal des prudhommes. Le gouvernement voudrait plafonner le montant de ces indemnités. Comme elles seront calculées en fonction de l’ancienneté, ça coûtera moins cher aux patrons de virer leurs salariés jeunes, ils auront même prévu un budget spécial licenciements. Nous serons donc une variable d’ajustement au budget de l’entreprise !
  • Généralisation des contrats précaires : plus de CDD pour plus de dangers et d’insécurité 
La nouvelle réforme du travail vise à généraliser le recours au CDD. Mais que représente le CDD pour les jeunes ? Augmentation de la précarité et de l’incertitude face à l’avenir, difficulté pour acquérir un logement ou obtenir un prêt bancaire… Le but de cette réforme ? Rebaptiser la jeunesse et lui trouver un nouveau nom : les précaires !
Contre le retour du « mieux virer pour protéger »

MOBILISONS-NOUS MARDI 12 SEPTEMBRE

DANS LA RUE PARTOUT EN FRANCE

2017 : une rentrée pas si opérationnelle !

2017 : une rentrée pas si opérationnelle !

La FIDL, le syndicat lycéen, tire la sonnette d’alarme sur l’état des lycées pour cette première rentrée du Ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. La lutte contre les inégalités devrait être une des priorités du gouvernement pour l’école républicaine. Cependant, la suppression des contrats aidés et la réduction des APL vont conduire à une montée des inégalités entre les lycéens !

La FIDL tient à attirer l’attention sur l’état des filières professionnelles. Les filières professionnelles ont été délaissées depuis plusieurs années et souffrent aujourd’hui d’un manque de moyens humains et matériels alors que ce sont elles qui accueillent les lycéens les plus en difficulté. La FIDL demande au gouvernement de réformer cette filière pour l’adapter aux métiers d’avenir et lui attribuer plus de moyens.

La FIDL tire la sonnette d’alarme sur la situation de lycéens qui se retrouvent une fois dans plus sans affectation pour cette rentrée scolaire. La circulaire, adoptée il y a deux ans, pour obliger les lycées à reprendre leurs terminales redoublant n’est pas encore appliquée partout. La surcharge des classes dans certaines zones complexifie la situation et ne permet pas de garantir l’accès à l’Éducation pour tous !

La FIDL est aussi inquiète suite aux annonces du gouvernement de mener une réforme des universités. L’organisation rappelle son opposition à toute forme de sélection à l’entrée des universités car elle serait synonyme de montée des inégalités et des discriminations entre les bacheliers. La lutte contre l’échec en première année et la surcharge de certaines filières sur APB doit passer par une amélioration du système d’orientation et un meilleur accompagnement des nouveaux étudiants. La FIDL se mobilisera contre une réforme qui consisterait à tenir à l’écart des études supérieures les étudiants les plus en difficultés.

La FIDL prend acte des annonces de Jean-Michel Blanquer au sujet d’une future réforme du Baccalauréat. L’organisation est prête à accepter l’intégration du contrôle continu qui existe déjà de fait pour les filières sélectives via la procédure APB. Toutefois, la FIDL demande au Ministre de l’Éducation nationale de mener une politique de lutte contre les discriminations basées sur le lycée d’origine dans le cadre de l’affectation post-bac.

Loi travail 2 : « mieux virer pour mieux protéger », la FIDL s’insurge !

Loi travail 2 : « mieux virer pour mieux protéger », la FIDL s’insurge !

La Fédération Indépendante et Démocratique Lycéenne (FIDL) s’inquiète des conséquences dramatiques qu’aura la nouvelle réforme du code du travail sur le quotidien des jeunes, en tant que salariés ou futurs travailleurs. Facilitation des licenciements, développement et normalisation des contrats précaires (CDD) : la philosophie du « mieux virer pour mieux protéger » est de retour ! 

Avec le plafonnement des indemnités prud’homales, la jeunesse deviendra, ni plus ni moins, qu’une main-d’œuvre bon marché, licenciable à moindre coût. En effet, les barèmes d’indemnisations, calculés en fonction de l’ancienneté dans l’entreprise, sont ridiculement bas.

La FIDL dénonce le choix fait par le gouvernement de banaliser les licenciements abusifs, en définissant une nouvelle notion de la justice sociale au service de la France qui va bien.

La nouvelle réforme du Code du Travail vise à généraliser le recours au CDD et par extension la précarité pour les jeunes, alors même qu’ils sont déjà fortement fragilisés par les politiques d’austérité. Comment peut-on s’émanciper dans une société qui n’offre aucune perspective d’avenir stable ?

La FIDL attend du gouvernement qu’il soutienne les jeunes dans leur entrée dans le marché du travail et dans l’accès à un logement.

La FIDL s’était déjà mobilisée, en 2016, contre les premières mesures de casse du Code du Travail, largement contestées par l’opinion publique. Visiblement Emmanuel Macron n’a pas su tirer de leçon de cette forte contestation populaire. C’est avec beaucoup d’hypocrisie qu’il relance un nouveau projet de Loi Travail XXL. C’est pourquoi les lycéens seront contraints de reprendre le chemin de la rue dès la rentrée.

La FIDL appelle l’ensemble des jeunes à se mobiliser partout en France dès le 12 septembre !

La FIDL s’insurge contre la forte augmentation du coût de la rentrée scolaire pour les lycéens

La FIDL s’insurge contre la forte augmentation du coût de la rentrée scolaire pour les lycéens

La Confédération syndicale des familles (CSF) vient de publier une étude menée auprès de 200 familles montrant que le coût global d’une rentrée scolaire avait augmenté de 0,83%. Alors que ce coût est légèrement en baisse pour les primaires et les collégiens, une augmentation significative de 2% est à signaler pour les lycéens. Ceci élevant le coût de la rentrée à 460 euros et pouvant monter jusqu’à 600 euros pour les lycéens en filière professionnelle.

La FIDL, le syndicat lycéen alerte sur les coûts de scolarité toujours plus exponentiels réservés aux lycéens et particulièrement à ceux des filières professionnelles. Le matériel demandé aux lycéens des filière professionnelle et technologiques dépasse de loin le montant de l’allocation de rentrée scolaire.

C’est pourquoi la FIDL revendique auprès du gouvernement et des collectivités locales :

  • La prise en charge des manuels scolaires pour chaque lycéen
  • Une modulation de l’allocation de rentrée en fonction du niveau et des filières des élèves
  • La prise en charge du trousseau professionnel pour les lycéens en filière professionnelle

La FIDL, rappelle que toutes les régions ne délivrent pas des aides aux lycéens, notamment ceux en filière professionnelle ; et lorsque c’est le cas, les montants de ces aides peuvent largement varier. Ce qui ne fait que creuser le faussé des inégalités entre les territoires.

L’organisation lycéenne rappelle également que pour les jeunes issus de familles modestes appartenant à ces filières, l’achat du matériel ou des outils signifie souvent d’importants sacrifices pour des foyers déjà rongés par la précarité. Ce sont ces mêmes foyers qui seront encore plus fragilisés par les politiques de précarisation imposées à la jeunesse :

Baisse de 5€ par mois de l’APL, baisse de 33 € de l’aide régionale au transport pour les lycéens boursiers de Seine-Saint-Denis, suppression de l’ISF, etc.

La Fédération Indépendante et Démocratique Lycéenne rappelle que l’éducation est un droit pour toutes et tous. L’inaction de nos élus face à l’accroissement des inégalités va à l’encontre de cette morale et la jeunesse saura le leur rappeler si rien ne change.