Marine Le Pen au 2nd tour : MOBILISONS-NOUS !

Marine Le Pen au 2nd tour : MOBILISONS-NOUS !

Aujourd’hui, Marine Le Pen, candidate du Front National et fille de Jean-Marie Le Pen, s’est qualifiée pour le second tour des élections présidentielles. La FIDL, le syndicat lycéen, déplore ce résultat et appelle les jeunes à se mobiliser partout en France !

La percée du Front National est basée sur le mensonge : sa dédiabolisation est un mensonge, son soit disant programme social est en réalité un écran de fumée qui sert à dissimuler son idéologie qui reste profondément raciste, xénophobe, réactionnaire. Ce parti est un danger pour l’avenir des jeunes. Suppression de l’école gratuite pour les enfants d’étrangers, banalisation de la parole raciste, position rétrograde sur le droit des femmes… ce parti ne doit pas arriver au pouvoir en France !

La FIDL appelle à toutes celles et ceux qui sont attachés aux valeurs de la démocratie à manifester leur refus de l’extrême-droite et à se mobiliser afin que le score de Marine Le Pen soit le plus faible possible. À Paris, un rassemblement aura lieu dès ce lundi 24 Avril à 18h place de la République.

Le FN n’est pas un parti comme les autres.

Le FN n’est pas un parti comme les autres.

Attention : des fachos et des corrompus sont aux portes du pouvoir

Depuis l’arrivée de MLP à la tête du parti, et sur les conseils du vice-président, Florian Philippot, le FN est dans une stratégie de « dédiabolisation », qui consiste à déconstruire l’image négative qui aurait été forgée par les ennemis (médias, partis adverses, magistrats…). Le FN se pose, comme d’habitude, en victime : tout le monde lui en voudrait car, selon le FN, l’image « diabolisée » du parti serait purement artificielle, et donc injustifiée.

I.Le FN et le nazisme

Rappelons quelques faits historiques autour du FN.

Premièrement, il a été fondé par des anciens nazis, comme Léon Gauthier, Waffen-SS dans la division Charlemagne, directement au service de Himmler et du parti nazi (les SS étaient directement en charge des camps de concentration et d’extermination de 1942 à 1945, en plus de se battre sur le front, et les Waffen SS étaient vus comme l’élite de la SS, donc de la race aryenne).

D’autres membres fondateurs – comme Pierre Bousquet ou Victor Barthélémy – avaient de hautes responsabilités sous le gouvernement de Vichy ou dans la LVF (Légion des volontaires français) et furent condamnés pour Collaboration à la Libération.

Quant à Jean-Marie Le Pen, son premier président, le moins que l’on puisse dire est que son pedigree est chargé :

– élu poujadiste en 1956 (mouvement qui se déploya dans l’antiparlementarisme et l’antisémitisme)

– engagé volontaire dans l’armée française pendant la Guerre d’Algérie où il se vantera d’avoir torturé des militants du FLN

– dirigeant d’une maison d’édition (la SERP) qui s’illustra dans l’édition de disques de chants du 3ème Reich

– adepte des sorties racistes, antisémites et négationnistes (Shoah qualifiée de « point de détail », jeu de mot à l’encontre d’un ministre de Mitterrand : « Durafour crématoire », affirmation de l’ « inégalité des races »,…)

Bref, les ambiguïtés du FN avec le nazisme sont très nombreuses, et toujours pas dissipées : beaucoup de membre du FN soutiennent Robert Faurisson, chef de file des négationnistes en France (expliquant que la Shoah n’a pas existé), Jean-Marie Le Pen est le parrain de la fille de l’humoriste Dieudonné qui a sombré dans l’antisémitisme.

Le FN a beau vouloir faire une opération « mains propres » en excluant les négationnistes qu’on entend le plus (comme Benoît Loeuillet après la diffusion du reportage sur C8 le 15 mars 2017, où celui-ci révélait ses sympathies pour les thèses de Leuchter, négationniste américain), l’idéologie du parti et les propos qui en découlent restent profondément empreints de cette mentalité, à la fois complotiste, antisémite et raciste). Enfin, si Marine Le Pen voulait vraiment rompre avec cet héritage, elle aurait pu aller dans un autre parti politique. Le fait qu’elle soit restée au FN et qu’elle n’ait jamais contredit officiellement les propos racistes et négationnistes tenus par son père montre bien qu’elle a toujours de la sympathie pour ces idées puantes, ou en tout cas qu’elle s’en accommode. Rappelons également qu’un de ses proches ais – Frédéric Chatillon – est un admirateur de Mussolini et a fricoté avec les milieux négationnistes. Rappelons enfin qu’elle s’est rendue en janvier 2012 à un bal à Vienne (Autriche) organisé par des pangermanistes nostalgiques du 3ème Reich qui, pour certains, proposèrent que Rudolf Hess, dauphin d’Hitler et principal rédacteur des lois racistes antisémites et racistes du 3ème Reich, reçoive le Prix Nobel de la Paix en 1987.

II.Le FN et la République

Pour l’extrême-droite, rien de plus normal que de détester le système républicain. Le FN a d’ailleurs été construit contre la République, et pas seulement la 5ème : le mouvement poujadiste (dont Jean-Marie Le Pen fut le député sus la IVème République.

L’extrême-droite ne peut détester la République puisqu’elle proclame tout ce que ce courant politique déteste : l’égalité entre les personnes (que Marine Le Pen veut remettre en cause en modifiant la Constitution pour instaurer la « priorité nationale »), la liberté (que Marine Le Pen ne conçoit que comme sa propre liberté d’action), la fraternité (honnie par un camp politique obsessionnellement dans la recherche d’ « ennemis » : étrangers, pauvres, syndicalistes, gens de gauche, etc…), l’Etat de droit (dont Marine Le Pen a montré ce qu’elle en pensait en menaçant les policiers et les magistrats enquêtant sur les soupçons de délits financiers de son parti et de sa personne), la laïcité (qui, malgré sa prétendue défense par Marine Le Pen, est honnie par le FN puisque inspirée par l’égalité et la liberté, dans un parti qui considère que l’Islam et le judaïsme ne peuvent être traités à égalité avec le catholicisme), …

III.Le FN et l’Algérie

La République est d’autant plus honnie qu’elle représente pour l’extrême-droite le régime qui a « abandonné » l’Algérie française. L’extrême-droite, à l’instar de Jean-Marie Le Pen, prit le parti des colons les plus extrémistes qui désiraient poursuivre une logique de domination coloniale sur les « musulmans d’Algérie », privés de citoyenneté. Pour l’extrême-droite, le mépris envers les « musulmans d’Algérie » – en plein accord avec leur conception raciste de la société – et la recherche d’un puissance agressive sur la scène mondiale ont amené à une opposition frontale à l’indépendance de l’Algérie. Jean-Marie Le Pen s’engagea d’ailleurs volontairement dans l’armée française pour aller combattre en Algérie, où il se vantera d’avoir torturé des combattants du FLN. De la même manière, Jean-Marie Le Pen fut un proche de l’OAS et compta au Front national de nombreux sympathisants et anciens militants de cette organisation terroriste qui tenta d’assassiner le général de Gaulle et qui mena maintes actions terroristes au nom de la défense de l’Algérie française.

Aujourd’hui, le racisme anti-arabe (souvent camouflé derrière une haine des musulmans) dont fait preuve le Front national ne peut se comprendre dans sa virulence que si l’on intègre bien que le FN a deux mamelles historiques : Vichy certes, mais également la Guerre d’Algérie, blessure narcissique et tombeau des prétentions d’oppression et de domination, ce que, dans la mentalité de l’extrême-droite, sont deux méfaits que les Arabes doivent éternellement « payer ».

IV.Le FN et les affaires

Enfin, le FN, contrairement au discours qu’il tient, est très loin d’être un parti politique « propre » (au sens qu’il n’aurait rien à se reprocher), à commencer par ses cadres dirigeants les plus célèbres. Environ 15% des cadres FN sont actuellement soupçonnés de crimes ou délits, contre 2 à 3% pour les partis politiques dits « classiques. » Ce n’est pas très étonnant : sans en faire un exposé exhaustif (on n’en aurait pas la place ici), on peut évoquer les très nombreuses condamnations de Jean-Marie Le Pen, notamment pour incitation à la haine raciale ; son héritage extrêmement douteux de l’immense fortune d’Hubert Lambert en 1977, dont la propriété de Montretout, etc. Ce n’est pas terminé avec la sortie de Jean-Marie Le Pen du parti : les affaires en cascade dans lesquelles sont impliqués le parti, et sa cheftaine Marine Le Pen (les emplois fictifs au Parlement européen, l’affaire Riwal-Jeanne et la minoration du patrimoine).

V.Votons aux présidentielles !

On le voit, ce que le FN appelle la « diabolisation » n’est rien d’autre qu’une explication de ce que sont l’idéologie et les pratiques de ce parti. Il n’y a donc guère besoin de chercher un complot médiatico-politique : le FN est effectivement un parti de racistes, de nostalgiques du IIIè Reich, de revanchards de la perte de l’Algérie française et d’escrocs.

Alors, pour éviter l’accession au pouvoir de Marine Le Pen au mois de mai (elle est créditée d’un pourcentage d’intentions de vote considérable), il faut faire fonctionner la démocratie et aller voter les 23 avril et 7 mai prochains. L’abstention, encore aujourd’hui, favorise le FN, parce que les électeurs FN sont largement plus mobilisés pour aller voter que le reste de l’électorat. Alors, n’oubliez pas d’aller voter !

Lancement de la campagne #OnEstPareil

Lancement de la campagne #OnEstPareil

« Non à la haine, non à Le Pen » : SOS Racisme lance une campagne pour contrer l’extrême droite en France

 

La FIDL participe au lancement de la campagne de communication de SOS Racisme visant à mobiliser la jeunesse afin de contrer la vision de la France proposée par l’extrême droite.

À l’approche du premier tour des élections présidentielles, Marine le Pen est en effet plus que jamais susceptible de se qualifier au second tour et d’ainsi nous replonger, en bien pire, dans la situation de 2002. Pourtant l’indignation et la mobilisation face à cette situation ne se manifestent pas avec la force que l’on pourrait espérer dans l’opinion publique et parmi des candidats bien peu aptes à proposer un modèle de société fraternelle, antiraciste, laïque et ouverte.

A travers cette campagne, nous voulons donc rappeler que la présence de Marine le Pen au second tour – que nous refusons de tenir pour acquise – ne ferait que dégrader un climat déjà extrêmement délétère dans notre pays. Pour lutter contre le danger de cette promesse d’un avenir traversé par les haines, cette campagne veut mettre en avant une autre vision : celle, majoritaire dans notre pays, d’une France belle, unie, métissée et heureuse de sa diversité.

Avec la campagne #onestpareil, nous voulons montrer que, s’il existe au sein de la population française des différences d’origine ou de religion, nos similitudes nous rapprochent. Nous partageons en effet les mêmes passions, les mêmes activités, les mêmes valeurs et les mêmes angoisses du quotidien. La campagne vient illustrer cette idée en mettant en scène dans des affiches des jeunes de 15 à 25 ans à l’attitude heureuse, manifestement d’origines différentes, mais liés par un élément vestimentaire ou un accessoire communs. Sur ces affiches est apposé le slogan : « Mon pote et moi, #onestpareil », tout en rappelant l’enjeu électoral derrière cette prise de parole avec la formule « NON À LA HAINE, NON À LE PEN ».

Du mardi 11 avril aux échéances électorales, ces affiches physiques, accompagnées d’un ensemble de happenings et d’outils digitaux permettant aux gens de s’emparer véritablement de cette campagne, auront pour but de créer un mouvement, à la fois dans le monde physique et sur les réseaux sociaux afin de mobiliser les jeunes Français. Chacun sera encouragé à publier des photos avec le hashtag #onestpareil.

Pour participer à la campagne, contacte-nous !

La FIDL au Rwanda

La FIDL au Rwanda

Génocide contre les Tutsis au Rwanda, la vérité maintenant.

 

Les organisations de jeunesse politiques, syndicales et associatives de France et d’Europe appellent ensemble les candidats à dire la vérité sur les responsabilités francaises et à mettre fin à l’impunité des génocidaires vivant en France.

Le 7 avril 1994, commençait le génocide contre les Tutsis au Rwanda, qui fit plus d’un million de victimes en trois mois. 

En ce jour de commémorations, nous leur rendons hommage et nous tenons aux côtes des rescapés et de leurs proche. Nous participons aux commémorations en France, en Europe et au Rwanda.

Ensemble, nous appelons les candidats républicains a l’élection présidentielle à enfin, 23 ans aprés, dire la vérité : des responsable, de droite et de gauche, placés au plus haut niveau de l’appareil d’Etat francais à la fin du second septennat de François Mitterand , ont mené une politique secrète de collaboration avec le régime génocidaire au Rwanda avant, pendant et après le génocide.

On ne peut lutter contre le racisme et l’extrême-droite sans mettre un terme à l’omerta qui règne en France concernant ce génocide, acte le plus violent auquel le racisme puisse mener.

La France héberge un nombre record de génocidaires et leurs complices, trop souvent en toute impunité. Nous appelons les candidats à s’engager avec clarté pour mettre un terme à cet inacceptable état de fait.

 

Une tribune internationale, « Pour la fin de l’impunité pour les génocidaires et leurs complices ! »,signée par de nombreuses personnalités de divers horizons,est publiée ces jours-ci dans la presse internationale (cf www.egam.eu) 

Depuis 2014,nos organisations sont engagées ensemble dans l’initiative « Génocide contre les Tutsis:la vérité, maintenant! »,lancée et coordonée par le Mouvement antiraciste européen – EGAM après l’annulation par la France de sa participation aux 20e commémorations du génocide.

Des personnalités comme beate Klarsfeid,la journaliste et écrivaine Zineb El Rhazaoui , le dessinateur Jul, le romancier Boubacar Boris diop,l’auteure féministe Mona Eltahawy,…font partie de notre délégation qui se trouve actuellement au Rwanda,pour la 4ème année.

 

Toutes et Tous unis contre le sexisme !

Toutes et Tous unis contre le sexisme !

Nous sommes tous des êtres humains. Nous avons tous été formés par le même processus, tous de la même façon mais à la fois sur certain détails, tous de manière différente.

Nous partageons tous la même terre, le même ciel. Et nous avons tous, les uns comme les autres, besoin de nous nourrir, de nous abreuver, de nous reposer pour survivre. Nous avons tous un squelette, un visage, des organes… Seuls certains de ces organes diffèrent selon notre sexe. Et selon des hommes, ce sexe définirait la valeur d’une personne.


   Aujourd’hui, trop de femmes sont victimes d’attouchements pervers et d’agressions verbales telles que des  remarques dégueulasses. Un groupe minoritaire d’hommes dans ce monde a décidé que la femme était un être inférieur. Selon eux, elle ne mériterait pas et ne posséderait pas dans sa pleine conscience, un esprit critique ainsi qu’une opinion propre. 

Les avènements ont fait que ce groupe minoritaire, aux principes absurdes, s’est imposé aux yeux de tous, ait dicté ses règles au peuple. Ces messages sexistes et intolérants ont perduré à travers les siècles, malheureusement.

   Au 21ème siècle, la condition des femmes a heureusement évolué dans certains coins du globe, mais il reste certains comportements et actes inadmissibles de violence contre les femmes, et les très jeunes filles. En parlant de vocabulaire sexiste ancrée dans les mœurs, voici un exemple : comment nomme-t-on  un garçon qui enchaîne les conquêtes amoureuses ? Un «  Beau gosse », un « Don juan » et encore plein d’autres expressions positives.

Mais une fille faisant de même, comme la qualifie-t-on, elle ? Avec des  mots péjoratifs ou des insultes telles que  « Salope », « Putain »,  « Pute »,  « Connasse ».
Tous ces mots vulgaires que nous entendons quotidiennement sont humiliants  et visent exclusivement le sexe féminin. Le sexisme est tellement inscrit dans le marbre au sein de notre langage courant que cela devient urgent d’agir !

Soyons fièr(e)s de ce que nous somme, ne nous laissons pas écraser par cette minorité de grandes gueules qui s’expriment, encore aujourd’hui ! 
Prônons l’égalité, le vivre ensemble !

Argumentaire anti-FN n°3:La politique internationale : utiliser des boucs-émissaires pour  ne pas parler des vrais problèmes

Argumentaire anti-FN n°3:La politique internationale : utiliser des boucs-émissaires pour ne pas parler des vrais problèmes

I.Une politique internationale… de soutien aux dictateurs?

  • Russie, mon amour !

En écoutant ce que disent les cadres du parti ou les militants, on voit qu’ils expriment une vraie dévotion à l’égard du pouvoir autoritaire russe. Peu importe que Poutine opprime une partie de son peuple, la Russie est toujours érigée en modèle économique et démocratique !

  • De Saddam Hussein à Bachar, un soutien infaillible aux dictateurs du Moyen-Orient

Côté Syrie, le FN considère que Bachar Al Assad œuvre pour le bien de son peuple… même quand il ordonne à ses milices d’ouvrir le feu sur des civils non armés, comme c’est le cas depuis le début du conflit ! Frédéric Chatillon, conseiller et proche ami de Marine Le Pen, est d’ailleurs un proche de Bachar. Par ailleurs, pour ajouter un nom à la liste des dictateurs soutenus par le FN, on peut nommer Saddam Hussein que jean-Marie le Pen chérissait particulièrement. D’après le FN, c’est sa chute qui a provoqué l’anarchie au sein du pays, peu importent tous les méfaits perpétrés par le régime !

  • Donald Trump, le nouveau modèle de Le Pen

Depuis quelques mois, le FN a trouvé sa nouvelle idole : Donald Trump. Le parti a d’ailleurs la même stratégie de communication, qui consiste à tenir des propos simples et totalement faux mais qui nécessitent tout un raisonnement pour le prouver. En bref, l’objectif, c’est de se faire élire sur de la désinformation. Sur le fond, ça veut aussi dire que ce parti soutient un homme qui tient régulièrement des propos racistes, xénophobes et sexistes.

  • Attention : « Le nationalisme, c’est la guerre ! »

Les pays avec lesquels le FN est proche… sont donc tous ceux qui sont dirigés par des régimes autoritaires et / ou nationalistes (on remarquera que le FN aime les régimes étrangers – beaucoup moins leurs habitants – lorsqu’ils sont opposés à l’idéal démocratique). Pour s’assurer qu’une 3ème guerre mondiale explose, on ne peut pas faire mieux car au bout des nationalismes qui montent, il y a l’inéluctabilité de leur confrontation. Comme le disait si justement Mitterrand : « Le nationalisme, c’est la guerre ! ».

II. L’Union européenne, le bouc émissaire idéal pour dire n’importe quoi

  • Quelle est la position du FN sur l’Union Européenne ?

Le programme de Marine Le Pen commence par une proposition commune avec tous les partis d’extrême droite en Europe : la sortie de l’Union européenne (UE), qui se fera le plus vite possible par voie de référendum. Elle propose également de sortir de l’espace Schengen (point 24) et de retirer les drapeaux européens des bâtiments publics (point 93).

  • Pourquoi vouloir sortir de l’Union Européenne ?

D’après le FN, l’UE serait responsable de tous les malheurs qui touchent la France. L’euro plomberait le pouvoir d’achat, la compétitivité et la souveraineté.

Cependant, il faut préciser que le courant du FN derrière Marion Maréchal Le Pen accuse plutôt le modèle social français (trop généreux) d’être la cause de nos malheurs. Elle n’est donc pas totalement opposée à la politique libérale menée par l’UE. Ainsi va la cohérence au front national…

  • Même si l’UE n’est pas parfaite, pourquoi faut-il se battre pour y rester et la changer de l’intérieur ?

Pour commencer, l’Europe a été créée aux lendemains de la Seconde guerre Mondiale pour éviter la guerre entre les pays. Avec la guerre en Ukraine et la Russie de Poutine qui cherche à gagner des territoires, nous ne sommes absolument pas à l’abri que l’instabilité revienne sur notre continent. Pour assurer la paix, il faut créer des liens entre les pays. Par exemple, grâce à l’UE, plein de jeunes peuvent participer au programme Erasmus qui permet de passer très facilement un an de ses études dans un autre pays européen.

Ensuite, sur le plan économique, les fonds pour le développement régional financent beaucoup de projets et micro-projets, souvent à destination des jeunes. Ces fonds aident particulièrement les régions en difficulté, que ce soit les campagnes délaissées ou les quartiers défavorisés des zones urbaines. De façon plus générale, le monde est aujourd’hui interconnecté, qu’on le veuille ou non. Pour avoir une place sur le marché économique mondial, il vaut donc mieux que les pays européens s’unissent.

Enfin, c’est quand même plus simple pour notre vie au quotidien de ne pas avoir besoin de passer une douane, de changer de monnaie ou de demander des visas à chaque fois qu’on va dans un autre pays européen. C’est aussi très enrichissant de pouvoir rencontrer plus facilement d’autres jeunes qui viennent de pays très proches du notre mais qui ont des pratiques culturelles assez différentes !

Alors oui, l’UE a beaucoup de défauts. Elle n’est pas assez démocratique et elle n’agit pas assez pour une meilleure protection sociale des européens. Mais ce n’est pas en la quittant qu’on améliorera la situation. Il faut donc se battre ensemble pour la changer de l’intérieur, en développant les solidarités, non en les brisant !

III. Les immigrés, ces grands méchants qui gâchent la vie des Français… ou pas !

  • L’étranger, le bouc-émissaire principal du FN

À plusieurs reprises dans son programme, Marine Le Pen s’attaque aux étrangers, qu’ils soient en situation régulière ou non (voir points 25 à 29). Elle propose de réduire drastiquement l’immigration légale, de mettre fin à l’automaticité du regroupement familial et d’expulser les étrangers fichés S. Elle veut aussi supprimer l’Aide Médicale d’État qui permet aux étrangers en situation irrégulière d’avoir accès aux soins.

  • Pourquoi faut-il arrêter de voir les étrangers comme le problème de la France ?

Avant de revenir sur chacune de ses propositions, il faut savoir deux choses importantes sur la question de l’immigration.

1) L’Europe n’est pas envahie par une horde de migrants : la majorité des migrations dans le monde ont lieu entre les pays proches (c’est le cas aussi pour l’Europe). Par ailleurs, l’OCDE estime qu’il y a 21 millions d’étrangers non européens en Europe… c’est-à-dire seulement 4 % de la population totale ! Le « Grand Remplacement » – qui renvoie à une vision racialiste des peuples -, ce n’est pas pour tout de suite !

2) Les migrants ne représentent pas un coût pour notre société : au-delà du fait que les migrants payent forcément la TVA ainsi que les impôts une fois qu’ils ont des papiers, ils contribuent à rajeunir notre population. Sans eux, notre système des retraites serait encore plus déficitaire ! Mais en plus, ils nous permettent de nous ouvrir à d’autres cultures et prouvent que notre idéal républicain a des soutiens partout dans le monde. Pourquoi renvoyer des personnes qui ont traversé la moitié de la planète pour pouvoir bénéficier des droits de l’homme dont nous pouvons être fiers ?

  • Les propositions du FN, des propositions absurdes et inhumaines

Pour commencer, réduire l’immigration en limitant le regroupement familial serait complètement contraire à nos engagements internationaux (le droit de vivre en famille) et nous ferait perdre toute crédibilité au niveau international. Cette proposition va à l’encontre de la Convention européenne des Droits de l’Homme et des  conventions internationales sur le droit d’asile. On ne peut pas interdire à des enfants de rejoindre leur père par exemple sous prétexte qu’ils sont étrangers !

Ensuite, au sujet des étrangers fichés S, il faut rappeler que cette fiche ne contient que des soupçons et que rien n’est prouvé. On ne peut pas condamner quelqu’un en l’interdisant de venir en France seulement parce qu’on a des doutes. Ce serait la fin de la Justice. Et que fera Marine Le Pen quand les autres pays expulseront tous les Français expatriés qui sont soupçonnés de terrorisme ? Contre le terrorisme, il faut renforcer la coopération inter-étatique plutôt que de s’échanger les individus dangereux sans régler le problème sur le fond.

Enfin, au sujet de l’Aide Médicale d’État, il faut savoir qu’elle a un coût limité (1 milliard d’euros, sur un total de dépenses de santé qui dépasse de très loin les 200 milliards d’euros). De plus, si elle été mise en place, c’est avant tout pour des raisons de santé publique, afin d’éviter la propagation des maladies qui touchent les populations pauvres, affaiblies par des conditions de voyage souvent éprouvantes et venant de pays où l’infrastructure médicale n’est pas toujours optimale. Et enfin, rappelons que l’Humanité la plus élémentaire consiste à ne pas laisser la santé des gens se dégrader. Mais l’Humanisme et le Frobnt national ont toujours fait mauvais ménage…

  • Même les mineurs étrangers seraient en danger si le FN arrivait au pouvoir !

En décembre, Marine Le Pen a déclaré vouloir faire payer l’École aux enfants dont les parents sont étrangers. Cette mesure attaquerait les fondements de notre République. L’école gratuite pour tous, ça permet de lutter contre le travail des enfants et de donner à tout le monde les moyens de réussir. En fait, Marine Le Pen veut revenir à une société où il n’y a que les riches qui ont accès à l’Éducation ce qui reviendrait à casser l’ascenseur social, à accroître les inégalités. Par ailleurs, il est bon de se méfier des leaders politiques qui sont prêts à s’attaquer aux enfants pour déverser leurs haines.

  • Et puis, est-ce qu’on veut vraiment vivre dans un monde sans solidarité ?

Faisons un peu de science fiction. Si Marine Le Pen est élue, un jeune immigré pourra être renvoyé dans son pays, même si cela signifie remplacer son stylo de cours en arme de guerre. Nous expulserons des femmes et des hommes qui ont été obligés de quitter leur pays natal et traversé des épreuves terribles pour fuir la guerre et la misère. Nous laisserons des milliers des personnes se noyer en Méditerranée parce que nous avons décidé de fermer nos frontières. C’est vraiment dans un pays comme cela que nous voulons vivre ? C’est vraiment cette image de faiblesse, de lâcheté et de cruauté que nous voulons renvoyer au reste du monde ? Si telle était le cas, nous ne serions plus la France.