La FIDL, le syndicat lycéen, dénonce fermement la décision du gouvernement d’Edouard Philippe de baisser l’Aide Personnalisée au Logement. C’est 2,6 millions de foyers en situation précaire dont 800 000 étudiants qui seront privés d’une partie de cette aide, indispensable pour garantir leur autonomie. Cette coupe budgétaire serait d’autant plus grave qu’un quart des étudiants français vit sous le seuil de pauvreté. Avec la hausse du prix de l’immobilier et le manque de logements étudiants, une réduction de l’APL est impensable pour ces centaines de milliers de jeunes.

 

Le syndicat lycéen, qui devrait être reçu par le Ministre de l’Education Nationale à la rentrée, attend du gouvernement qu’il comprenne son erreur et la crainte qu’il a créé chez les jeunes. L’organisation met en garde sur la possibilité d’une mobilisation massive des lycéens aux cotés des salariés en septembre et espère que le gouvernement reviendra sur sa décision.

 

La FIDL rappelle que les étudiants ne seront pas les seuls concernés par cette mesure. De nombreux lycéens, notamment dans les voies professionnelles ou technologiques, qui le seront aussi massivement. En effet, la régionalisation de la carte des formations professionnelles, qui s’applique depuis la rentrée dernière, oblige de nombreux lycéens à quitter le domicile familial pour aller étudier dans une autre région ; Les obligeant de ce fait à prendre un logement lorsqu’il n’y a pas de possibilité d’internat.

 

La jeunesse tient à rappeler que 5 euros c’est beaucoup, surtout lorsqu’on est en difficulté. Avec cette mesure, c’est le loyer de millier de jeunes qui augmentera de 60 euros par an. La FIDL réfute d’ailleurs la thèse disant que cette mesure vise à faire baisser les loyers de manière générale. Elle n’aura strictement aucun effet. Cette mesure vise à faire de la jeunesse une variable d’ajustement du budget de l’Etat.

 

Alors que le chômage et la précarité touchent toujours autant les jeunes, les jeunesse attend du gouvernement qu’il la soutienne à travers son émancipation plutôt que de la laisser livrer à elle-même !

 

La FIDL estime que l’autonomie est un droit et que tous les jeunes doivent pouvoir se loger dans de bonnes conditions afin de réussir leurs études ou leur insertion professionnelle. Les lycéens attendent du gouvernement qu’il investisse pour leur avenir, les aident à sortir de la précarité et lutte contre les inégalités !

Share This