La FIDL, le syndicat lycéen, est inquiète face à l’augmentation du nombre d’élèves dans les établissements privés sous contrat pour l’année 2016, tendance qui s’étend sur plusieurs années. Cette hausse significative traduit un manque de confiance de la part des parents dans l’école publique. 

La syndicat explique ce phénomène par un manque de moyens dans les établissements publics, ce qui altère leur image. Les suppressions de postes et réductions budgétaires des quinquennats précédents ont dégradé les conditions d’éducation. Ils ont notamment conduit à une augmentation du nombre d’élèves par classe ainsi qu’une augmentation du nombre de professeurs non remplacés. Les mesures prises par le gouvernement actuel ne sont pas encore à la hauteur des enjeux.  

Les lycéens rappellent leur attachement à l’offre d’une éducation de qualité partout et pour tous. Cette tendance ne doit pas se poursuivre car elle conduirait à terme à la séparation des élèves en fonction de leurs moyens. 

La FIDL appelle le candidat à la présidentielle, François Fillon, à revoir son programme car une nouvelle politique de suppression de postes de fonctionnaires amènerait à une poursuite de la dégradation de l’image du service public. La FIDL interpelle la ministre de l’Éducation nationale sur la question des zones d’éducation prioritaires : il faut conserver des moyens supplémentaires pour les établissements en difficulté afin d’accompagner tout le monde vers la réussite !